IPAG

Accueil du site > Congrès-Séminaires > Soutenances > Soutenance de thèse d’Alexandre Ratajczak


                             


Rechercher

OSUG - Terre Univers Environnement OSUG

Soutenance de thèse d’Alexandre Ratajczak

Echanges H/D dans les glaces interstellaires : une origine de la deutération délective ?

Alexandre Ratajczak, IPAG
Thèse a dirigée par Eric Quirico et Alexandre Faure
Jeudi 8 Mars 2012 - 14 h 00
Salle Manuel Forestini - IPAG

Le milieu interstellaire (MIS) où se forment les étoiles est constitué de gaz très dilué dominé par l’hydrogène moléculaire, et de grains de poussière de taille submicrométrique. Ces poussières jouent un rôle crucial en atténuant la lumière des étoiles lointaines, protégeant ainsi les molécules du gaz des rayonnements ultra-violets, et en servant de catalyseurs à une chimie hétérogène à très basse température. Outre la synthèse de l’hydrogène moléculaire, la surface des grains permet de former des molécules organiques dites complexes comme le méthanol (CH3OH) à partir de l’hydrogénation (et la deutération) du monoxyde de carbone (CO). Les glaces ainsi formées participent à la complexification moléculaire du MIS et seront à terme intégrées au sein de disques de poussières, berceaux des astéroïdes, comètes et exo-planètes. L’objectif de cette thèse est l’étude des mécanismes d’échanges hydrogène-deuterium sur certains groupements fonctionnels de molécules organiques simples, méthanol par exemple, présentes à la surface ou dans les manteaux des grains interstellaires. La thèse est centrée sur une exploration expérimentale de ces processus en phase condensée, à l’aide d’une expérience de cryogénie synthétisant des glaces à très basse température (15K) couplée à un spectromètre infrarouge. Nous montrons que ces échanges se produisent avant la sublimation du manteau de glace sur des groupes fonctionnels capables d’établir des liaisons hydrogènes avec les molécules d’eau voisines. Le processus catalysant est vraisemblablement la cristallisation de la glace d’eau. Des études cinétiques nous permettent d’évaluer les énergies d’activation du transfert H/D (6745 K) et de la transition amorphe-cristalline (8100 K), et de déterminer la constante de vitesse d’échange dans le domaine de température 120- 140 K. Cette constante de vitesse est, de plus, comparée à des calculs semi-classiques basés sur un traitement ab initio. En marge de ces expériences, des observations millimétriques de la molécule de méthanol en direction de proto-étoiles confirment une variabilité des abondances relatives des isotopologues simplement deutérés de cette molécule en fonction de la masse de la protoétoile.


Sous la tutelle de:

tutelles

Sous la tutelle de:

CNRS Université Grenoble Alpes