IPAG

Accueil du site > Science pour tous > Faits Marquants


                             


Rechercher

OSUG - Terre Univers Environnement OSUG

Faits Marquants

Lorsque parmi les recherches effectuées au laboratoire, certains résultats sont susceptibles d’intéresser une plus large audience, ils sont alors mis en valeur notamment à travers la rédaction de communiqués de presse et mis "à la une" du site de l’IPAG.

Une nouvelle approche théorique pour traiter l’excitation collisionnelle de molécules réactives

Une équipe de recherche du laboratoire « Ondes et Milieux Complexes » (LOMC) vient, en collaboration avec un chercheur de l’Institut de Planétologie et d’Astrophysique de Grenoble (IPAG) de mettre au point une méthode théorique permettant d’étudier l’excitation collisionnelle de molécules interstellaires hautement réactives. Cette méthode se base sur un traitement statistique de la collision moléculaire et permet d’obtenir des résultats très précis avec des temps de calcul drastiquement réduits. Ces nouveaux travaux ouvrent la voie à une meilleure modélisation de l’abondance de ces molécules dans les milieux astrophysiques et par conséquent, à une meilleure compréhension de la physico-chimie des nuages moléculaires interstellaires ou naissent les étoiles et les planètes.

Avis de tempête sur les trous noirs

Toute la matière en orbite autour d’un trou noir ne finit pas irrémédiablement engloutie par celui-ci. La matière forme un disque d’accrétion autour du trou noir, lieu de processus physiques complexes. Des éruptions de rayons X intenses ont lieu lorsque ce disque devient instable. Une équipe comprenant un chercheur de l’IPAG vient de montrer que ces éruptions indiquent la présence d’un vent puissant, qui éjecte de la matière présente dans le disque et, ainsi, régule l’accrétion sur le trou noir.

Le plus grand catalogue de sources gamma de très haute énergie de la Galaxie jamais publié

La collaboration internationale H.E.S.S., à laquelle contribuent le CNRS et le CEA, publie le bilan de quinze années d’observations en rayons gamma de la Voie Lactée. Ses télescopes installés en Namibie ont permis d’étudier des populations de nébuleuses à vent de pulsar, des restes de supernovæ, mais aussi des micro-quasars, jamais détectés en rayons gamma.


Sous la tutelle de:

tutelles

Sous la tutelle de:

CNRS Université Grenoble Alpes