IPAG

Accueil du site > Science pour tous > Faits Marquants


                             


Rechercher

OSUG - Terre Univers Environnement OSUG

Faits Marquants

Lorsque parmi les recherches effectuées au laboratoire, certains résultats sont susceptibles d’intéresser une plus large audience, ils sont alors mis en valeur notamment à travers la rédaction de communiqués de presse et mis "à la une" du site de l’IPAG.

Découverte de deux familles d’exocomètes autour de l’étoile Beta Pictoris

Une équipe d’astronomes, impliquant notamment des chercheurs de l’IPAG, viennent de mettre en évidence, pour la première fois, deux familles de comètes extrasolaires, ou « exocomètes ». Cette découverte a été faite autour de l’étoile Beta Pictoris. Une première famille est constituée d’exocomètes anciennes situées à proximité de l’étoile. La seconde famille contient des exocomètes probablement issues de la fragmentation récente d’un ou de quelques objets plus gros. Pour la première fois, une étude statistique globale permet de déterminer les propriétés physiques et orbitales d’un grand nombre de ces exocomètes. Cette étude, publiée dans la revue Nature le 22 octobre, donne une vision originale et sans précédent des mécanismes à l’œuvre dans un système planétaire jeune qui ressemble à ce que devait être notre propre Système solaire juste après sa formation il y a 4,5 milliard d’années.

Voyage au coeur d’un système solaire triple en formation

Une équipe internationale d’astronomes, dont des chercheurs du LAB (CNRS/Université de Bordeaux), de l’IPAG (CNRS/Université Joseph Fourier Grenoble 1) et de l’IRAM (CNRS/MPG/IGN), a mené l’étude la plus précise à ce jour du cocon de gaz et de poussières du système GG Tau A. En combinant des observations complémentaires aux longueurs d’onde submillimétriques (ALMA et IRAM) et infrarouges (VLTI/ESO), les chercheurs ont pu mettre en évidence la dynamique complexe au sein de GG Tau. Ils ont ainsi détecté pour la première fois des mouvements de matière démontrant que des exoplanètes peuvent se former non seulement autour d’un des membres de ce trio d’étoiles jeunes, mais aussi à très grande distance dans le disque entourant ces trois soleils. Ce travail observationnel, publié le 30 octobre dans la revue Nature, révèle une histoire plus complexe qu’on ne l’imaginait.

Le VLTI détecte une lumière exozodiacale

C’est en exploitant toute la puissance de l’Interféromètre du Très Grand Télescope qu’une équipe internationale d’astronomes, impliquant notamment des chercheurs de l’IPAG, est parvenue à détecter la lumière exozodiacale à proximité des zones habitables qui entourent neuf étoiles proches. Cette lumière n’est autre que la lumière émise par l’étoile, puis réfléchie par la poussière résultant, d’une part de collisions entre astéroïdes, d’autre part de l’évaporation de comètes. L’existence de telles quantités de poussière dans l’environnement immédiat de certaines étoiles est susceptible de constituer un obstacle à l’imagerie directe de planètes de type Terre dans le futur.


Sous la tutelle de:

tutelles

Sous la tutelle de:

CNRS Université Joseph Fourier