IPAG

Accueil du site > Science pour tous > Faits Marquants > Archives 2012


                             


Rechercher

OSUG - Terre Univers Environnement OSUG

Archives 2012

Les ingrédients de la vie dans l’atmosphère de Titan ? Nouveau paradigme pour l’origine de la vie.

Des molécules biochimiques, les "lettres" utilisées pour écrire le code de la vie sur Terre pourraient exister sur Titan, la plus grande lune de Saturne. C’est ce qu’a démontré l’étude d’une équipe internationale menée par Sarah Hörst du Lunar and Planetary Laboratory (LPL) de l’Université d’Arizona et incluant des chercheurs de l’Institut de Planétologie et d’Astrophysique de Grenoble (IPAG), du Laboratoire ATmosphères, Milieux, Observations Spatiales (LATMOS) et du Laboratoire du Génie des Procédés et Matériaux (LGPM).

L’océan polaire martien confirmé par MARSIS

En étudiant les données accumulées pendant 5 ans par le radar MARSIS, embarqué sur Mars Express, une équipe internationale de chercheurs menée par l’Institut de Planétologie et d’Astrophysique de Grenoble vient de faire une avancée significative dans le débat sur la nature géologique des basses plaines circum-polaire de l’hémisphère Nord de Mars.

Fin de mission pour HFI, l’instrument haute fréquence du satellite Planck

Après 30 mois de fonctionnement exemplaire, l’instrument haute fréquence du satellite Planck de l’Agence Spatiale Européenne est éteint. Pendant près de 1000 jours, ses détecteurs ont été les objets les plus froids de l’Univers extraterrestre, avec une durée de vie finale deux fois plus longue que prévue. La mission Planck voit une très forte participation de laboratoires français rattachés au CNRS et au CEA, soutenus par le CNES.

Une Chaire d’excellence financée par l’ANR à l’IPAG

Dans le projet "SEED", Jürgen Steinacker et une équipe international de chercheurs de l’IPAG, l’Observatoire de Paris et Berkeley (Etats-Unis) vont explorer un effet nouvellement détecté appelé "coreshine". Cet effet révèle des grains de poussières déjà formés et en cours d’agglomération dans les nuages moléculaires, lesquels s’effondreront ensuite pour former étoiles et planètes. Ce processus pourrait expliquer l’origine des éléments solides constituant les futurs planètes.

Le projet FOCUS mené à l’IPAG lauréat de l’appel à projet "Laboratoires d’Excellence"

Le projet FOCUS (FOCal plane arrays for Universe Sensing) vise le développement de détecteurs pour l’observation astronomique avec le soutien de partenaires industriels et universitaires.

Découverte d’îlots de gaz froid dans notre Galaxie

Grâce à l’instrument HFI de la mission Planck de l’ESA, une équipe internationale comprenant des chercheurs de l’IPAG vient de révéler que notre Galaxie contient des îlots de gaz froid jusque-là inconnus. Ce résultat sera présenté cette semaine lors d’une conférence internationale à Bologne (Italie) où des scientifiques du monde entier discuteront ensemble des résultats intermédiaires de la mission Planck.

Des milliards de planètes rocheuses dans la « zone habitable » autour de naines rouges dans la Voie Lactée

Un nouveau résultat obtenu par l’instrument « chasseur de planètes » HARPS de l’ESO montre que les planètes un peu plus grosses que la Terre sont très communes dans la zone habitable autour d’étoiles rouges de faible luminosité. L’équipe internationale qui a conduit cette recherche estime qu’il y a des dizaines de milliards de planètes de ce type, rien que dans Voie Lactée et probablement une centaine dans le voisinage immédiat du Soleil. Il s’agit là de la première mesure directe de la fréquence des super-Terres autour des naines rouges, qui représentent 80% des étoiles de la Voie Lactée.

Le télescope Herschel traque l’eau dans notre univers proche

Après plus de trente mois de fonctionnement du satellite européen Herschel, le colloque From atoms to pebbles : Herschel’s view of Star and Planet formation, organisé conjointement par le CNES et l’IPAG (CNRS/Université Grenoble 1) du 20 au 23 mars à Grenoble, est revenu sur les apports de la mission dans notre connaissance des mécanismes de formation des systèmes planétaires. Une découverte majeure est l’omniprésence de l’eau dans les zones de formation d’étoiles et des planètes, autant d’éléments pointant vers une provenance spatiale de l’eau sur notre Terre.

Aurores polaires… sur Uranus Premières images depuis la Terre

On ne les avait plus jamais réobservées depuis leur découverte, en janvier 1986, par la sonde américaine Voyager 2 : les aurores polaires d’Uranus viennent d’être photographiées - pour la première fois - depuis la Terre par le télescope NASA/ESA Hubble. La performance apporte de nouvelles informations sur l’environnement magnétique atypique et mal connu de la lointaine planète. Les résultats obtenus par une équipe internationale qui inclut un chercheur de l’IPAG sont parus le 14 avril 2012 dans Geophysical Research Letters.

Hubble to Use Moon as Mirror to See Venus Transit

Hubble cannot look at the sun directly, so astronomers at IPAG are planning to point the telescope at the Earth’s moon, using it as a mirror to capture reflected sunlight that is filtered through Venus’s atmosphere.

Signature de convention entre l’Institut de RadioAstronomie Millimétrique (IRAM) et l’Université Joseph Fourier

Trente ans après sa création, l’IRAM, institut international sur le campus Est, signe une convention de collaboration avec l’UJF dans les locaux de l’IPAG.

Tempête dans l’atmosphère d’une exoplanète

En utilisant les télescopes spatiaux Hubble et Swift, une équipe internationale d’astronomes de l’Institut d’Astrophysique de Paris et de l’Institut de Planétologie et d’Astrophysique de Grenoble a observé des changements importants dans la haute atmosphère d’une planète lointaine.

Jean Lilensten reçoit le prix "Le goût des sciences" dans la catégorie "les scientifiques communiquent"

Jean Lilensten, chercheur à l’IPAG, a été recompensé le 11 octobre dernier, pour la création d’un simulateur d’aurores boréales, Planeterrella II. Valoriser le travail des chercheurs et des éditeurs, encourager les vocations, et affirmer l’importance de la culture scientifique : tels sont les objectifs du prix « Le Goût des sciences ». Chaque année, en ouverture de la Fête de la Science, il distingue les meilleures initiatives et publications facilitant l’accès du plus grand nombre à l’univers scientifique.

Perdue dans l’espace : une planète solitaire repérée

En observant avec le Très Grand Télescope de l’ESO, le VLT, et le télescope Canada-France-Hawaï, le CFHT, des astronomes ont identifié un corps qui est très probablement une planète sans étoile, errant dans l’espace. Il s’agit du cas le plus intéressant de planète errante et, de plus, il s’agit de l’objet de ce type le plus proche du système solaire, éloigné d’environ 100 années-lumière. Sa proximité relative et l’absence d’étoile brillante dans ses environs ont permis à l’équipe d’étudier son atmosphère de manière très détaillée. Cet objet a également permis aux astronomes d’avoir « un premier regard » sur les exoplanètes qu’il sera possible de photographier autour d’étoiles autres que notre Soleil avec les futurs instruments.


Sous la tutelle de:

tutelles

Sous la tutelle de:

CNRS Université Grenoble Alpes