IPAG

Accueil du site > Science pour tous > Faits Marquants > Archives 2014 > Pierre Hily-Blant nommé à l’Institut Universitaire de France


                             


Rechercher

OSUG - Terre Univers Environnement OSUG

Pierre Hily-Blant nommé à l’Institut Universitaire de France

Ce physicien reconverti dans l’astrochimie s’intéresse à l’héritage chimique de la nébuleuse protosolaire, mélange de gaz à partir desquels le système solaire s’est formé.

L’astrochimie, c’est le domaine dans lequel Pierre Hily-Blant mène ses recherches au sein de l’Institut de planétologie et d’astrophysique de Grenoble (IPAG-OSUG/UJF/CNRS). « On sait que les atomes sont fabriqués dans les étoiles, que ce soit l’hydrogène, le carbone, l’oxygène, l’azote… Par exemple, le calcium de nos os vient des étoiles. Ces atomes dans l’espace peuvent réagir entre eux et faire de la chimie de la même façon qu’il y a de la chimie sur Terre  », explique le maître de conférences qui a rejoint l’Université Joseph Fourier en 2008. Il s’intéresse au chemin parcouru pendant des dizaines de millions d’années par ces éléments nés dans les étoiles jusqu’à leur arrivée sur Terre ou dans les météorites et comètes. Avant d’être recruté à l’UJF, l’enseignant-chercheur faisait surtout de la physique : « J’étudiais les nuages moléculaires. Comment se forment-ils ? Qu’est-ce qui les disperse ? Là-dedans, il y a beaucoup de turbulence… »

Le temps en onze disciplines

En arrivant à l’IPAG, il opère un glissement thématique favorisé par les deux délégations successives qu’il obtient au CNRS. Sa nomination en 2013 à l’Institut universitaire de France (IUF) lui permet de se consacrer encore davantage à ses travaux, mais va aussi l’aider à démarrer une unité d’enseignement (UE) transversale, projet sur lequel il travaille depuis deux ans : « Le principe de cette UE ’Humanité, art, science’ est assez nouveau. J’ai réuni une équipe d’enseignants venant des trois universités : Stendhal, Pierre-Mendès-France et UJF. On va traiter le thème du temps à travers onze disciplines : maths, physique, chimie, biologie, géologie, mais aussi histoire, philosophie, économie, géographie/urbanisme, anthropologie et danse. Il s’agit de montrer qu’il n’y a pas de suprématie d’une discipline sur une autre, que les choses sont complexes et doivent être abordées de manière plurielle », estime-t-il. Convaincu que la diversité qui existe à l’université est une chance pour les étudiants comme pour les chercheurs, Pierre Hily-Blant pose ainsi sa première pierre sur le terrain de la pluridisciplinarité.

Contact

Pierre Hilly-Blant

Dans la même rubrique :


Sous la tutelle de:

tutelles

Sous la tutelle de:

CNRS Université Grenoble Alpes